Quelles huiles essentielles utiliser dans votre diffuseur ?

|

Pour créer une ambiance conviviale, relaxante ou tonique, se soigner, assainir l’air ou encore masquer les mauvaises odeurs… les huiles essentielles biologiques sont une alternative naturelle et efficace aux divers parfums de synthèse et traitements allopathiques.

Notre nez est un trésor. Avec ses 10 millions de cellules nerveuses sur 2 cm² de muqueuses olfactives, il permet aux odeurs d’influencer nos états physiques, psychiques, émotionnels… Les molécules aromatiques des huiles essentielles interagissent ainsi via notre respiration en direct avec notre cerveau limbique (celui des émotions). Les messages olfactifs reçus amènent détente, regain d’énergie, concentration, joie, calme, sérénité, désir sexuel… Alors, laissez-vous guider par vos sensations olfactives et faites confiance aux voyages qu’elles souhaitent vous offrir, voici tous nos conseils sur les meilleures huiles essentielles à utiliser avec votre diffuseur ! (Et si vous avez besoin de mieux comprendre tous leurs usages, n’hésitez pas à lire notre guide sur les huiles essentielles !).

Les Règles d’Or de la diffusion

Avant de choisir quelles huiles essentielles utiliser, il convient de connaître un certain nombre de règles pour que votre pratique de la diffusion se réalise dans les meilleures conditions !

Diffuseur d'huiles essentielles sur fonds noir

Un diffuseur adapté : respectant les huiles essentielles et la superficie du lieu.

Il est important de choisir un mode de diffusion qui respecte les huiles essentielles en restituant un maximum de leurs vertus thérapeutiques.

En premier choix : le nébulisateur ou nébuliseur. Sa diffusion à froid par nébulisation est la seule à conserver les molécules aromatiques intactes. Autre avantage il permet de couvrir de grands volumes, jusqu’à 100 m² voire plus selon les modèles. À partir de 50 euros.

En deuxième choix viennent les brumisateurs, les huiles essentielles y sont diffusées à froid et mélangées à l’eau. L’effet volutes de vapeur est joli et apaisant. En revanche les molécules aromatiques diluées ne peuvent être diffusées de manière complète. De plus, l’eau étant considérée comme porteuse de bactéries dans les milieux médicaux, vous ne pourrez l’utiliser raisonnablement en ces lieux (hôpital, maison de repos/retraite, salle d’attente…). Leur prix est attractif, mais attention aux produits trop bon marché, méfiez-vous de ceux à moins de 30 euros.

Enfin, les diffusions par ventilation et chaleur douce sont « acceptables » bien qu’également incomplètes au niveau efficacité thérapeutique et ne couvrant que des surfaces très restreintes (voiture, petites pièces…). Leur avantage : leur prix et leur taille qui permet de les transporter un peu partout.

Rappel important : une huile essentielle ne doit jamais être chauffée à plus de 40°C sous peine d’être fortement détériorée et de devenir toxique ! s’il vous plaît oubliez absolument toute diffusion par bougies aux huiles essentielles ou par  brûle-parfums.

Vous avez besoin de conseils pour choisir votre diffuseur, lisez notre article ‘Diffuseur d’Huiles Essentielles : Comment Choisir Le Meilleur ?‘.

Une huile essentielle de qualité

Choisissez une huile essentielle de qualité

Choisir un label bio ou s’assurer d’une provenance de qualité cultivée absolument sans pesticide est la première étape. Des huiles artisanales sans label peuvent être excellentes.

Ensuite, la composition biochimique d’une huile essentielle est susceptible d’évoluer en fonction des conditions de production, mais elle doit tout de même respecter les proportions biochimiques qui la caractérisent. Vous trouverez dans cet article les compositions biochimiques caractéristiques des huiles présentées. L’étiquette devra présenter la ou les principales molécules biochimiques, le nom latin, la ou les parties extraites, le lieu de culture, une date indicative de péremption. En général les huiles essentielles se conservent de nombreuses années (5 ans minimum) à l’abri de la lumière et de la chaleur. Sauf les citrus, plus fragiles, et qui se périment après 2 ans et se conservent mieux au frais.

5 minutes 1 à 4 fois par heure maximum suffisent

Un temps de diffusion court

5 minutes 1 à 4 fois par heure maximum suffisent. Ne pas saturer la pièce en molécules aromatiques au risque d’avoir des maux de tête, des nausées, des irritations de la gorge ou des yeux… Ce qui n’est pas le but ! De nombreux diffuseurs ont des programmes de diffusion automatique tout à fait adaptés. Renseignez-vous.

précautions

Quelques autres règles pour une bonne diffusion

En respectant quelques précautions, vous vous assurerez une diffusion efficace !

  • Une quantité raisonnable : 1 à 10 gouttes d’huiles essentielles au maximum à verser dans le diffuseur choisi. Cela ne sert à rien d’en mettre trop !
  • Pas de diffusion d’huiles essentielles toxiques comme :
  • Les riches en phénols car irritantes pour les muqueuses : Ajowan (trachyspermum ammi), Sarriette (Satureja montana), Origan (Origanum vulgaris/compactum), Clou ou Feuille de Girofle (syzygium aromaticum)…
  • Les riches en cétones (tels que les : pulégone, thujone, asarone, ascaridole, bornéone…) car neurotoxiques : Menthe Pouliot (mentha pulegium), Armoise (artemisia herba-alba), Tanaisie (tanacetum annuum), Sauge à feuilles de Lavande (Salvia lavandulifolia), Romarin Camphré (rosmarinus officinalis camphoriferum), Romarin à verbénone (rosmarinus officinalis verbenoniferum), Lavande Stoechade (lavandula stoechas) …
  • Pas de diffusion d’huiles essentielles (ou très grande vigilance et connaissance du choix d’huiles essentielles diffusées) en présence de personnes asthmatiques, épileptiques, âgées, bébés, femmes enceintes ou allaitantes. Soyez vigilant aussi aux enfants, certaines huiles peuvent ne pas leur convenir. Au moindre doute, s’abstenir et demander conseil à un spécialiste en aromathérapie. Pour les femmes enceintes, n’hésitez pas à lire notre article consacré au sujet et vous indiquant quelles huiles essentielles sont adaptées pendant la grossesse.
  • Sortie assurée pour les animaux : ils sont sensibles, assurez-vous qu’ils puissent quitter la pièce s’ils le souhaitent.
Des astuces pour votre diffuseur

Deux astuces essentielles à savoir quand vous utilisez un diffuseur :

  • Évitez les huiles essentielles épaisses et résineuses (Encens Oliban, Myrrhe, Nard de l’Himalaya…) qui ont tendance à coller fortement aux supports de diffusion et à se diffuser peu aisément, ou diluez-les dans d’autres huiles essentielles plus fluides.
  • Pour nettoyer votre diffuseur, versez-y régulièrement des gouttes d’huile essentielle de Lavande ou de Lavandin.

De quelles huiles essentielles avez-vous besoin pour votre diffuseur ?

Une même huile essentielle, par sa polyvalence, peut répondre à différents besoins même s’ils semblent s’opposer. Voici quelques suggestions d’huiles essentielles à diffuser, classées selon leurs propriétés principales et choisies pour leurs utilisations faciles et leurs prix abordables. Une multitude de combinaisons est ensuite possibles !

Afin de vous faciliter la lecture, chaque huile essentielle est accompagnée d’un symbole  ‘ ‘ qui vous renvoie au détail de sa composition chimique ainsi qu’aux précautions d’emploi. Vous pourrez revenir à votre point de lecture initiale en cliquant sur le symbole : ‘ ‘ .Bonne lecture !

Les huiles essentielles relaxantes, apaisantes et équilibrantes

Les huiles essentielles relaxantes, apaisantes et équilibrantes

Pour se détendre, s’endormir ou retrouver la paix de l’esprit et la sérénité dans l’action, respirez et suivez nos conseils, vous allez devenir zen …

Invitation au Calme

La Lavande Vraie (lavandula angustifolia). Appelée aussi Lavande Fine ou Lavande Officinale, classique et remarquable par la polyvalence de ses utilisations, est une huile essentielle qui permet de rééquilibrer le système nerveux en agissant en fonction de votre besoin. Soit elle relaxe 1 jusqu’à la détente profonde et l’endormissement2 , soit elle équilibre et permet de retrouver concentration, calme et sérénité dans l’action. Ses principaux composés biochimiques (linalol, acétate de linalyle…) lui confèrent ses vertus calmantes, voire sédatives, équilibrantes du système nerveux autonome, relaxante, antispasmodique, anxiolytique (grâce à la libération de sérotonine et endorphine)…

Son odeur caractéristique fleurie et piquante est en général assez appréciée de tous. Elle rappelle bien sûr la Provence, les maisons et armoires de nos grands-parents, le soleil et l’été, un vrai rayon de bien-être. Au niveau énergétique, certains disent qu’elle purifie les lieux.

Peuvent se diffuser également les variétés de Lavande Aspic (lavandula latifolia). Attention, la Lavande Papillon, ou Stochade, (lavandula stoechas) est interdite à la diffusion en raison de sa composition biochimique toxique.

Réconfort Fruité

Le Petit Grain Bigarade ou Bigaradier ou Orange Amer, (citrus aurantium ssp amara (fe) ou citrus var. bigaradia (fe), ou citrus aurantium ssp. aurantium (fe)) est également un excellent rééquilibrant nerveux. Ses principaux composés biochimiques sont, comme la Lavande, les esters et les monoterpénols. Il apaise tout en redonnant de l’énergie si nécessaire. Ses vertus antidépressive et antispasmodique nerveuse permettent de traiter insomnies, troubles psychologiques (angoisses, obsessions, psychoses), stress… Son parfum doux et réconfortant apporte détente et bien-être en toutes saisons. En été ses arômes d’agrumes rafraîchissent et égayent, en hiver ils apportent une note joyeuse et chaleureuse à l’intérieur des maisons.

D’autres huiles essentielles à diffuser pour se détendre et calmer son esprit

  • L’Orange Douce (citrus sinensis)
  • La Camomille Romaine ou Noble (chamaemelum nobile)
  • Le Fragonia (agonis fragans)
  • L’Épinette Noire (picea mariana) est également une relaxante du fait de sa composition biochimique pouvant aller jusqu’à 50% d’esters.

Les huiles essentielles toniques, énergétiques et dynamisantes

Les huiles essentielles toniques, énergétiques et dynamisantes

Pour retrouver tonus et énergie sur tous les plans, des huiles essentielles pleines de peps !

Fraîcheur et Vitalité

La Menthe Poivrée (mentha piperita) favorise clarté d’esprit, discernement, redonne fraîcheur, envie et énergie. Elle soulage les maux de tête et améliore la concentration mentale. Son action digestive3 favorise également la légèreté de votre estomac. Elle peut aussi être utilisée pour guérir une dépression. Elle reconnecte le corps à l’esprit pour retrouver cohérence et force de vie. Son puissant parfum mentholé, frais et tonique est en général apprécié de tous. Attention, on évitera tout de même de la diffuser seule car elle contient du menthol qui peut être irritant pour les muqueuses et les yeux et du menthone neurotoxique seulement à très haute dose. Une fois diluée à 15 % avec une ou plusieurs autres huiles essentielles plus «douces », diffusez-la autant que vous le souhaitez ! Comptez 1 goutte de Menthe Poivrée avec par exemple 6 gouttes de Cyprès Vert (cupressus sempervirens). Choisir une huile extraite des rameaux et non des troncs qui est toxique. Vous pouvez aussi opter pour le Palmarosa (cymbopogon martinii) ou le Géranium (perlagonum asperum ou graveolens).

Selon votre préférence, de la même manière (diluée), vous pouvez utiliser pour ses mêmes vertus, la Menthe des Champs (mentha arvensis) aux arômes mentholés différents.

Réveil et Tonus

Le Gingembre (zinziber officinale), dynamisant et « remonte-moral ». Il favorise l’optimisme et la confiance en soi, égaye et dynamise. Ses principaux composés biochimiques (zinzibérène, camphène…) en font un puissant tonique nerveux4 et glandulaire. Il offre un apaisement des maux de tête, des névralgies et est idéal en cas de fatigue physique et psychique, surmenage ou épuisement… Diffuser du Gingembre peut aider les malades ou les personnes âgées dévitalisés à retrouver sourire, force et énergie. Son arôme piquant et citronné, agréable et frais rend son usage facile. Si vous le laissez faire il devient vite un compagnon indispensable !

Idée : il s’associe bien à l’huile essentielle de Citron (citrus limonum).

D’autres huiles essentielles à diffuser pour se tonifier et retrouver sa pleine énergie

  • Le Poivre noir (piper negrum)
  • Le Pamplemousse (Citrus paradisii)
  • Le Clou de Girofle (syzygium aromaticum)
  • Le Pin Sylvestre (pinus sylvestris)

Les huiles essentielles favorisant la communication,  la joie, l’entrain, la bonne humeur

Les huiles essentielles favorisant la communication,  la joie, l'entrain, la bonne humeur

Éclats de Joie

La Coriandre graines (coriandrum sativum), au fort pouvoir euphorisant., avec modération, elle permet de créer une ambiance détendue et conviviale, redonnant le sourire et l’envie de partager à chacun. Elle est à la fois calmante et tonique nerveux. Régulatrice de l’humeur et apaisant les tensions, elle favorise la créativité et l’échange. Attention, elle peut devenir très euphorisante, selon la dose et la réponse personnelle du système nerveux central de chacun. Utilisez-la plutôt occasionnellement et toujours diluée à 50 % avec une ou d’autres huiles essentielles telles que le Citron, le Pamplemousse… qui équilibrent bien les arômes et effets « coriandesques ».

L’huile essentielle de Coriandre feuille (coriandrum sativum) au fort pouvoir euphorisant peut aussi s’utiliser en diffusion, pour les mêmes vertus, mais à dose homéopathique : 1 goutte pour 10 gouttes de Citron par exemple. Composée principalement d’aldéhydes non terpéniques sédatifs puissants, elle est encore plus euphorisante que la Coriandre graine.
Les personnes épileptiques, les enfants de moins de 6 ans et les femmes enceintes éviteront l’usage des huiles essentielles de Coriandre.

Dynamisme et Bonne Humeur

Le Pamplemousse (citrus x paradisii), un concentré de bonheur pour se remonter le moral, se détendre, redonner l’envie de communiquer, de partager, d’échanger. Comme tous les agrumes, il est frais, vivifiant et réconfortant. Il redonne confiance en soi. Essentiellement composé de limonènes, il est également un excellent relaxant nerveux. Facile d’usage, il convient à toute la famille. Attention toutefois aux gorges sensibles il peut être un peu irritant.

Les huiles essentielles anti-infectieuses, purifiantes et  assainissantes

Les huiles essentielles anti-infectieuses, purifiantes et  assainissantes

La diffusion d’huiles essentielles ne guérit pas une personne malade, elle assainit l’air respiré en éliminant une majeure partie de ses bactéries. Elle permet d’éviter les épidémies contagieuses par l’air.

Protecteur de la Maison

Le Citron (citrus limonum) est un antimicrobien efficace qui permet d’assainir les espaces contaminés à l’intérieur des maisons. Il est, entre autres, grâce à ses 90% de monoterpènes, antiseptique, antiviral et décongestionnant respiratoire. Utilisé régulièrement il contribue à garder chacun au meilleur de sa forme ! Son parfum bien connu est apprécié de tous, rappelant fraîcheur, propreté et dynamisme. En hiver comme en été il apporte ses bienfaits, purifiant l’air et apportant une atmosphère saine et joyeuse. Il peut-être remplacé par les autres citrus comme Le Pamplemousse, La Mandarine, L’Orange Douce… et toutes les huiles essentielles alliées de l’hiver…

Les Alliées de l’Hiver

Le Ravintsara (cinnamomum camphora cineoliferum) est moléculairement très complet. Il fonctionne parfaitement comme anti-viral, anti-infectieux, antibiotique. Il sait renforcer l’immunité et lutter contre l’écoulement nasal tout en facilitant la toux. Psychiquement il apaise et rééquilibre. Son odeur caractéristique est en général appréciée. Vous pouvez utiliser également son cousin le Saro (Cinnamosma fragrans) ou encore l’Eucalyptus Radiata , le Niaouli (melaleuca quiquenervia), la Myrte Rouge (myrtus communis myrtenylacetatiferum), le Tea Tree (melaleuca alternifolia), le Pin Sylvestre (pinus sylvestris), … Faîtes votre choix ! Pour purifier vos lieux de vie et combattre les microbes des maux hivernaux, les huiles essentielles citées assainissent l’air contaminé. Vous pouvez alterner ou les mélanger selon vos préférences. La Menthe Poivrée et le Citron aussi dégagent bien vos narines et assainissent l’atmosphère !

Les huiles essentielles favorisant la spiritualité, la méditation et la concentration

Les huiles essentielles favorisant la spiritualité, la méditation et la concentration

La Guérisseuse

Fragonia (agonia fragrans), nouvelle, dans le paysage de l’aromathérapie depuis 2006, est d’une grande puissance, sa vibration olfactive apporte beaucoup de bienfaits au corps et à l’esprit. Sa composition biochimique est parfaitement équilibrée entre monoterpènes, oxydes et monoterpénols. Fragonia permet de se réconcilier avec soi-même. Avec beaucoup de douceur elle amène la conscience à un niveau supérieur. Les corps et coeurs blessés retrouvent paix et sérénité, l’envie d’aimer, la possibilité de recevoir de l’amour et d’en donner. Elle facilite la concentration. C’est un voyage à ne pas manquer. Plutôt reliée aux énergies féminines vous pouvez la diffuser seule ou associée pour moitié ou un peu moins à l’huile essentielle de Kunzea (kunzea ambigua), qui est son partenaire aromatique aux énergies dites plus masculines…

Le Voyage Spirituel

L’huile essentielle d’Encens (ou Oliban) (boswelia carterii) favorise la relaxation et la méditation grâce à son action calmante du système nerveux, utilisé dans les églises il est également anti-microbien5 , tout comme les huiles essentielles de Myrrhe ⊕ (commiphora molmol)ou de Benjoin ⊕ (styrax benzoe) … Ces huiles essentielles issues de résines sont trop épaisses et puissantes pour être diffusées pures, elles sont à diluer : 1 goutte dans 5 à 10 gouttes par exemple d’Orange Douce, de Lavande ou de Pamplemousse… Fortes relaxantes et sédatives, n’en abusez pas si vous avez tendance à « décoller » vite. Pour rester les pieds sur terre choisissez un Cèdre de l’Atlas comme indiqué juste ci-dessous.

La Concentration Retrouvée

Cèdre de l’Atlas (cedrus atlantica), la valeur sûre, souvent conseillé pour la concentration et la révision des examens. Le Cèdre de l’Atlas permet de fixer et stimuler son esprit en restant bien éveillé. Au parfum boisé caractéristique comme ses amis : le Pin des Montagnes (pinus mugo), le Cyprès Vert (cupressus sempervirens), le Pin Sylvestre (pinus sylvestris), … Les pins en général ont une action fortifiante, oxygénante et ancrante… Ils favorisent, entre autres, la stabilité mentale et l’apprentissage.

Les huiles essentielles stimulantes sexuelles

Les huiles essentielles stimulantes sexuelles

L’Envoutante

Ylang Ylang (cananga odorata « Complète »), la perle rare des îles de la Réunion, Madagascar, Commores, ouvre les portes du bonheur de la présence à soi… et de la sensualité ! On dit qu’elle rééquilibre les énergies féminines et masculines. Utilisée comme anti-dépressive, elle est considérée également comme stimulante sexuelle. Redonnant positivisme et envie sur tous les plans. Choisissez-la dite à distillation « complète », la plus riche en molécules aromatiques actives. Son parfum fleuri et envoutant sait charmer.

La Sensualité par Excellence

Patchouli (pogostemon cablin bent), incontournable ingrédient des parfums capiteux des créateurs renommés comme Dior, Mugler, Rabanne… Ses arômes boisés et terreux dits orientaux plaisent ou rebutent instantanément. Mais si vous l’aimez, vous ne pourrez plus vous en passer ! La diffusion d’huile essentielle de Patchouli réveille les désirs et les élans sexuels avec puissance et douceur. Un peu épaisse, mélangez 1 à 2 gouttes de Patchouli pour 5 à 6 gouttes d’Orange Douce ou de Mandarine rouge  (citrus reticulata) par exemple.

Si vous prenez goût à la diffusion d’huiles essentielles respectez bien les règles d’or de la diffusion afin de profiter en toute quiétude d’un univers infini de voyages et de découvertes… Sur la route des huiles essentielles les rencontres sont nombreuses.

Les compositions chimiques et précautions d’emploi des huiles essentielles conseillées

Les compositions chimiques et précautions d'emploi des huiles essentielles conseillées

Vous trouverez ci-après les compositions de l’ensemble des huiles essentielles citées dans cet article ainsi que les principales précautions d’emploi (attention, référez vous néanmoins aux notices d’emploi pour avoir l’ensemble des précautions). Nous vous conseillons également de lire les articles dédiés à ces différentes huiles en cliquant sur les liens !

  • Benjoin (styrax benzoe) : Acides terpéniques 70 à 77 % (acide benzoïque), Esters 3 à 10 % (benzoate de benzyle, Benzoate de méthyle, cinnamate de cinnamyle), Aldéhydes aromatiques (vanilline) trace. Pas de contre indication en olfaction et diffusion aux doses physiologiques.(↑)
  • Camomille Romaine ou Noble (chamaemelum nobile) : Esters 70 à 90 % (angélates d’isobutyle, angélates d’isoamyle), Cétones 1 à 15 % (pinocarvone), Monoterpénols 2 à 5 %, Monoterpènes 2 à 5 %. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de – de 5 mois et/ou d’enfants de – de 12 mois.(↑)
  • Cèdre de l’Atlas (cedrus atlantica) : Cétones 7 à 15 %, Sesquiterpènes 50 à 85 %, Sesquiterpénols traces. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes et allaitantes, d’enfant de – de 10 ans et de personnes fragiles (épileptiques).(↑)
  • Citron (citrus limonum) : Monoterpènes 75 à 95 % (limonène, pinène, terpinène), Coumarines et Furocoumarines 1 à 2 %, Aldéhydes 2 à 3 %, Sesquiterpènes 2 à 5 %. Ne pas diffuser en présence d’enfants de moins de 12 mois.(↑)
  • Clou de Girofle (syzygium aromaticum) : Phénols 70 à 85% (eugénol), Esters 15 à 20% (benzoate d’eugényl), Sesquiterpènes 5 à 15% (caryophyllène), Monoterpènes, Monoterpénols, Oxydes, Cétones, Sesquiterpénols, Aldéhydes traces. Ne jamais diffuser pure et en présence de femmes enceintes ou allaitantes et/ou d’enfants de – de 12 mois et/ou de personnes fragiles.(↑)
  • Coriandre feuille (coriandrum sativum) : Aldéhydes non terpéniques 85 à 95 %. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes ou allaitantes et/ou d’enfants de – de 6 ans et/ou de personnes fragiles.(↑)
  • Coriandre graines (coriandrum sativum) : Monoterpénol 60 à 85 % (linalol), Monoterpènes 10 à 25 % (terpinène, limonène), Cétones 3 à 6 % (camphre). Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes ou allaitantes et/ou d’enfants de – de 6 ans et/ou de personnes fragiles.(↑)
  • Cyprès Vert (cupressus sempervirens) : Monoterpènes 60 à 85 % (alpha-pinène, delta 3 carène), Monoterpénols 3 à 5 %, Sesquiterpénols, Sesquiterpènes traces. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes et/ou d’enfants de – de 6 ans.(↑)
  • Lavande Aspic (lavandula latifolia) Oxydes 25 à 38 % (cinéole) : Monoterpénols 40 à 45 % (linalol) , Cétones (camphre) traces. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes ou allaitantes et/ou d’enfants de – de 8 ans. et les Lavandins (Super, Abrial, Grosso) Monoterpénols 30 à 45% (Linalol) , Esters 25 à 35% (Acétate de Linalyle)  Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de – de 5 mois et/ou d’enfants de – de 6 ans.(↑)
  • Lavande Vraie (lavandula angustifolia) : Esters 25 à 50 % (acétate de linalyle…), Monoterpénols 25 à 45 % (linalol…), Monoterpènes 4 à 16 %, Sesquiterpènes 5 à 8 %, Oxydes ≤ 2%. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de – de 3 mois et/ou d’enfants de – de 6 mois.(↑)
  • Orange Douce (citrus sinensis) : Monoterpènes 60 à 80% (limonène), Monoterpénols 2 à 6%, Cétones 2 à 3% (carvone), aldéhydes terpéniques 1 à 3%, Coumarines et Furocoumarines traces. Ne pas diffuser en présence d’enfants de – de 3 mois.(↑)
  • Petit Grain Bigarade ou Bigaradier ou Orange Amer, (citrus aurantium ssp amara (fe) ou citrus var. bigaradia (fe), ou citrus aurantium ssp. aurantium (fe)) : Esters 45 à 70% (acétate de linalyle), Monoterpénols 25 à 40% (linalol, terpinéol). Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de – de 3 mois et/ou d’enfants de – de 3 mois.(↑)
  • Encens (ou Oliban) (boswelia carterii) : Monoterpènes 40 à 85% (pinènes, limonène, myrcène), Sesquiterpènes 3 à 12% (beta-caryophyllène), Monoterpénols 1 à 2% (bornéol, olibanol), Sesquiterpénols (1 à 2%). Pas de contre indication en diffusion aux doses physiologiques.(↑)
  • Épinette Noire (picea mariana) : 50 % d’esters, Monoterpènes 40 à 60% (Camphène, pinènes, carène), Esters 30 à 50% (Acétates de bornyle et d’isobornyle), Monoterpénols 2 à 5%, Sesquiterpènes traces. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes et/ou d’enfants de – de 3 ans.(↑)
  • Eucalyptus Radiata : Oxydes 60 à 70% (1,8-cinéole), Monoterpénols 10 à 20%, Monoterpènes 7 à 12%, Aldéhydes 2 à 8%, Esters 3 à 5%. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de moins de 3 mois et/ou d’enfants de – de 3 ans.(↑)
  • Fragonia (agonis fragans) Oxydes 23 à 33% (cinéole) : Monoterpènes 22 à 33% (alpha-pinène, paracymène, limonène), Monoterpénols 20 à 33% (Linalol, alpha-terpinéol, terpinéol -4, myrténol, géraniol), Sesquiterpènes 3 à 5%, Sesquiterpénols, Esters traces. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de – de 3 mois et/ou d’enfants de – de 3 ans.(↑)
  • Géranium (perlagonum asperum ou graveolens) : Monoterpénols 50% (citronnellol, géraniol, linalol), Esters 25% (formiate de citronnellyle et de géranyle), Cétones 5 à 10 % (isomenthone et menthone) Sesquiterpènes, Oxydes traces. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de – de 5 mois et/ou d’enfants de – de 6 mois.(↑)
  • Gingembre (zinziber officinale) : Sesquiterpènes 55 à 60% (zingibérènene, sesquiphéllandrène,), Monoterpènes 15 à 20% (camphène, bêta-phellandrène, limonène), Monoterpénols 2 à 3% (citronnellol), Sesquiterpénols 2 à 5%. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes et/ou d’enfants de – de 3 ans.(↑)
  • Kunzea (kunzea ambigua) : Monoterpènes 40 à 50% (alpha-pinène), Sesquiterpénols 10 à 20% (globulol, viridiflorol), Oxydes 10 à 15% (1,8-cinéole), Sesquiterpènes 5 à 8% (bicyclogermacrène, calaménène), Monoterpénols traces. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de moins de 3 mois et/ou d’enfants de – de 3 ans.(↑)
  • Mandarine rouge (citrus reticulata) : Monoterpènes 65 à 94 % (limonène), Coumarines et Furocoumarines traces. Pas de contre indication en olfaction et diffusion aux doses physiologiques.(↑)
  • Menthe Poivrée, (mentha piperita) : Monoterpénols 38 à 50% (Menthol), Cétones 20 à 30% (Menthone), Monoterpènes 2 à 18%, Sesquiterpènes 6%, Esters 2 à 10% (Acétate de menthyle), Oxydes 5 à 10% (Cinéole). Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes et/ou d’enfants de – de 6 ans.(↑)
  • Menthe des Champs (mentha arvensis) : Monoterpénols 50 à 75% (menthol), Cétones 5 à 20% (menthone, isomenthone), Esters 2 à 7% (acétate de menthyle), Monoterpènes >6% (limonène). Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes et/ou d’enfants de – de 6 ans.(↑)
  • Myrrhe (commiphora molmol) : Sesquiterpènes 70 à 90%, Cétones 5 à 7%, Aldéhydes 0 à 2%. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes et allaitantes, de personnes fragiles (hyperthyroïdie) et/ou d’enfants de – de 6 ans.(↑)
  • Myrte Rouge (myrtus communis myrtenylacetatiferum), Monoterpènes 35 à 50 %(Pinène, limonène), Esters 20 à 35 % (Acétate de myrtényle), Oxydes 15 à 35 % (1,8-cinéole), Monoterpénols 10 à 15 % (Linalol), Sesquiterpènes 3 à 5 %. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de moins de 3 mois et/ou d’enfants de – de 3 mois.(↑)
  • Niaouli (melaleuca quiquenervia) : Oxydes 50 à 65% (1,8-cinéole), Monoterpènes 15 à 20%, Sesquiterpénols 5 à 20 % (Viridiflorol…), Monoterpénols 7 à 15 %, Sesquiterpènes 2 à 5 %. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de moins de 5 mois et/ou d’enfants de – de 4 ans.(↑)
  • Palmarosa (cymbopogon martinii) : Monoterpénols 80 à 95% (géraniol 70 à 85%, linalol 2 à 4%) Esters 5 à 35% (acétate de géranyle), Monoterpènes, Sesquiterpènes, Aldéhydes terpéniques traces. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes ou allaitantes et/ou d’enfants de – de 3 ans.(↑)
  • Pamplemousse (Citrus paradisii) : Monoterpènes 95 à 98% (limonène), Aldéhydes terpéniques (2 à 3%) (citral, citronnellal), Coumarines et Furocoumarines traces. Ne pas diffuser en présence d’enfants de moins de 12 mois.(↑)
  • Patchouli (pogostemon cablin bent) : Sesquiterpènes 37 à 60% (alpha-bulnésène, alpha-gaiène, alpha-patchoulène, béta-caryophyllène), Sesquiterpénols 33 à 40% (patchoulol, pogostol), Monoterpènes (alpha et béta-pinènes, Limonène), Sesquiterpénones, Acides alcaloïdes traces. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de – de 5 mois et d’enfant de – de 4 ans.(↑)
  • Pin des Montagnes (pinus mugo) : Monoterpènes 70 à 80 % (alpha-pinène, pinène, limonène…), Sesquiterpènes 5 à 10 %, Monoterpénols, Esters 4 à 10 %, Sesquiterpénols (pimiliol) traces. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes et allaitantes, d’enfant de – de 6 ans et de personnes fragiles.(↑)
  • Pin Sylvestre (pinus sylvestris) : Monoterpènes 75 à 90%, Monoterpénols 2 à 5%, Esters 2 à 10%. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de moins de 5 mois et/ou d’enfants de – de 6 ans.(↑)
  • Poivre noir (piper negrum) : Sesquiterpènes 35 à 90% (beta-caryophyllène, germacrène, alpha-humulène, alpha et beta sélinène), Monoterpènes 4 à 90% (alpha et beta-pinène, delta -3 carène, myrcène, limonène), Acides, Aldéhydes, Cétones, Monoterpénols, Phénols méthyl-éthers, Composés azotés traces. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de moins de 5 mois et/ou d’enfants de – de 8 ans.(↑)
  • Ravintsara (cinnamomum camphora cineoliferum) : Oxydes 50 à 60 % (1,8-cinéole), Monoterpènes 20 à 25 % (Sabinène), Monoterpénols 15 à 20 % (Terpinéol), Sesquiterpènes 3 à 10 %, Esters traces. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de moins de 5 mois et/ou d’enfants de – de 6 mois.(↑)
  • Saro (Cinnamosma fragrans) : Oxydes 40 à 50% (1,8-cinéole), Monoterpènes 10 à 35 % (beta pinène, sabinène, limonène), Monoterpénols ≤10% (linalol). Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de moins de 3 mois et/ou d’enfants de – de 3 mois.(↑)
  • Tea Tree (melaleuca alternifolia) : Monoterpènes 35 à 50%, Monoterpénols 30 à 50%, Sesquiterpènes 5 à 8%, Oxydes 3 à 15% (1,8-cinéole). Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de moins de 5 mois et/ou d’enfants de – de 3 ans., le Pin Sylvestre (pinus sylvestris), Monoterpènes 75 à 90%, Monoterpénols 2 à 5%, Esters 2 à 10%. Ne pas diffuser en présence de femmes enceintes de moins de 5 mois et/ou d’enfants de – de 6 ans.(↑)
  • Ylang Ylang (cananga odorata « Complète ») : Sesquiterpènes 40 à 60% (germacrène, bêta-caryophyllène), Esters 40 à 40% (benzoate de benzyle), Monoterpénols 8 à 12% (linalol), Phénols 10 à 15% (crésol). Pas de contre indication en olfaction et diffusion.(↑)

Important ! Ces informations sont communiquées à titre informatif et non pas professionnel. Elles n’ont pas pour vocation à remplacer une visite médicale et un diagnostic personnalisé réalisé par un expert de santé tel un médecin, seul à même de le réaliser légalement et d’effectuer des prescriptions adaptées à votre situation médicale et votre situation particulière.


Sources et références

– E.F.A.I. École Française d’Aromathérapie Intégrative
– « L’aromathérapie exactement » de Pierre Franchomme et Daniel Pénoël, éditions Roger Jollois, 2001.
– « Aromathérapie » de Dominique Baudoux, éditions Dunod, 2017.
– « Les huiles essentielles, c’est la Vie » de Joëlle Le Guehennec, éditions First, 2017.
– « Ma Bible des Huiles Essentielles » de Danièle Festy, éditions Leduc. s Éditions, 2016.
– « La guérison vibratoire -Éveil énergétique et évolution par les huiles essentielles » de Déborah Eidson, éditions Guy Trédaniel Editeur, 2007.
– « L’Aromathérapie Quantique » de Daniel Pénoël, éditions Guy Trédaniel, 2015.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur les étoiles pour voter !

Note moyenne : 4.9 / 5. Nombre de votes : 71

  1. Relaxation effects of lavender aromatherapy improve coronary flow velocity reserve in healthy men evaluated by transthoracic Doppler echocardiography, Yumi Shiina,Nobusada Funabashi,Kwangho Lee,Tomohiko Toyoda,Tai Sekine,Sachiko Honjo,Rei Hasegawa,Takayuki Kawata,Yu Wakatsuki,Shinichiro Hayashi,Shio Murakami,Kazuo Koike,Masao Daimon,Issei Komuro. International Journal of Cardiology, Volume 129, Issue 2, 26 September 2008, Pages 193-197. []
  2. Effects of lavender aromatherapy on insomnia and depression in women college students, Lee IS, Lee GJ., J Korean Acad Nurs. 2006 Feb []
  3. Treatment of Functional Dyspepsia with a Fixed Peppermint Oil and Caraway Oil Combination Preparation as Compared to Cisapride, Ahmed Madisch, Claus-Jürgen Heydenreich, Veronika Wieland, Rebecca Hufnagel, Jürgen Hotz. Drug Research. 2011 []
  4. An impression on current developments in the technology, chemistry, and biological activities of ginger (Zingiber officinale Roscoe), Kubra IR, Rao LJ.Plantation Products, Spices, and Flavor Technology Department, Central Food Technological Research Institute, Mysore-570020, India, Critical Reviews in Food Science and Nutrition Volume 52, 2012 – Issue 8 []
  5. Frankincense and myrrh essential oils and burn incense fume against micro-inhabitants of sacral ambients. Wisdom of the ancients? – Milica Ljaljević Grbić,Nikola Unković,Ivica Dimkić,Peđa Janaćković,Milan Gavrilović,Olja Stanojević,Miloš Stupar,Ljubodrag Vujisić,Aleksa Jelikić,Slaviša Stanković,Jelena Vukojević. Journal of Ethnopharmacology. 12 June 2018 []
leo. dolor nec eget neque. efficitur. elit. dolor. diam Praesent sed